Des robots en ligne examinent les sites des médias sociaux et envoient des messages automatisés aux utilisateurs. Les partis politiques utilisent aussi des robots pour faire passer leurs messages. Ils peuvent ainsi façonner l’opinion publique et influer même sur l’issue d’une élection.

Fenwick McKelvey de l’Université Concordia et Elizabeth Dubois de l’Université d’Ottawa ont écrit récemment sur ce phénomène dans Options politiques pour en conclure que les risques liés à ce type de campagne pourraient sous peu prendre le pas sur ses avantages.

Dans notre studio de Montréal, Ryan Hicks, étudiant en droit de l’Université McGill, s’est entretenu avec McKelvey sur la responsabilité des partis politiques en matière d’utilisation des robots.

Vous pouvez envoyer vos commentaires par Twitter Ă  @IRPP.

Photo: Shutterstock/by Artram


Do you have something to say about the article you just read? Be part of the Policy Options discussion, and send in your own submission. Here is a link on how to do it. | Souhaitez-vous réagir à cet article ? Joignez-vous aux débats d’Options politiques et soumettez-nous votre texte en suivant ces directives.

Le téléchargement est gratuit. Nos balados sont mis en ligne les mardis, toutes les deux semaines.

Le téléchargement est gratuit. Nous mettons de nouveaux balados en ligne tous les deux mercredis.  Si vous avez des questions ou des commentaires, envoyez des tweets à @IRPP ou à un membre de l’équipe (@JRicardoBM, @jenditchburn, @colmfosullivan ou @cleadesjardins).

Fenwick McKelvey
Fenwick McKelvey is an assistant professor in the Department of Communication Studies at Concordia University. He is director of the Algorithmic Media Observatory and co-director of the Media History Research Center.
Ryan Hicks
Ryan Hicks is a law student at McGill University in Montreal, journalist and 2018 McBurney Latin America Fellow. He is a former Quebec political correspondent for the CBC and has reported from across Canada and around the world.