Les livres dont nous publions des extraits sont tour à tour ancrés dans un présent qui force la réflexion et un passé riche en leçons.

«L’attention, c’est du pouvoir », explique l’animateur de télévision par câble Roy McCoy à son invité, le philosophe grec Platon, lors d’une entrevue imaginée par Rebecca Newberger Goldstein dans son dernier livre, Plato at the Googleplex. Entre l’intemporelle sagesse des anciens et les failles de la culture politique moderne, l’auteure applique le questionnement platonicien à la vie politique de ce 21e siècle, qui carbure aux médias numériques et à leurs tribus.

Oui, le passé peut encore éclairer le présent.

Les lectures estivales proposées dans ces pages se veulent un antidote à la course aux nouvelles qui caractérise notre culture. Les livres dont nous publions des extraits sont tour à tour ancrés dans un présent qui force la réflexion et un passé riche en leçons. Tandis que Simon Head (Mindless) nous prévient des menaces que la gestion guidée par les systèmes informatiques fait peser sur nos méthodes de travail, Glenn Greenwald (No Place to Hide) recense les dangers d’une omniprésente surveillance numérique. Bruce Jones (Still Ours to Lead) réfute pour sa part l’hypothèse du déclin de la puissance américaine, et Robert Kaplan (Asia’s Cauldron) soutient que la concurrence en Asie relève moins d’un affrontement d’idées nouvelles que de vieilles luttes nationalistes à visées économiques. Quatre livres clés pour tout décideur tourné vers l’avenir.

Sur l’état de nos démocraties, Miser sur l’égalité, ouvrage collectif publié sous la direction d’Alain Noël et Miriam Fahmy, analyse l’inquiétante incidence des inégalités sur la démocratie et l’environnement. Dans Enlightenment 2.0, Joseph Heath préconise une action politique fondée sur la raison et la réflexion pour contrer les errements de l’« intuition politique ».

Et voici Karl Marx, autre illustre vétéran, qui se rappelle à nos souvenirs. Alors que le capitalisme mondial peine à conserver son titre de maître du globe, la pensée marxiste — en repli complet depuis la déroute du centralisme bureaucratique et les horreurs totalitaires commises en son nom au siècle dernier — connaît en effet un regain d’intérêt. Dans Utopia or Bust, Benjamin Kunkel avance ainsi qu’elle constitue un excellent point d’observation des défaillances actuelles du capitalisme (même si le marxisme comme idéologie n’offre aucune solution de rechange). Entre l’ancien et le nouveau, l’écart est souvent moins grand qu’on l’imagine.