Le gouvernement fédéral a annoncé dans son budget de 2022 l’implantation d’un régime public de soins dentaires pour de nombreux Canadiens. Les premiers bénéficiaires en seront les enfants et les Canadiens à faible revenu, mais la facture sera salée.

La prévention vaut toujours mieux que les traitements, mais elle coûte aussi moins cher. À ce titre, la meilleure méthode de prévention de la carie dentaire est la fluoration de l’eau : c’est une mesure de santé publique qui profite indistinctement à tout le monde, en plus d’être sûre, économique et équitable. Comme il est question de deniers publics, le gouvernement fédéral devrait se préoccuper non seulement de soins dentaires, mais aussi de prévention.

Le fluorure est un composé contenant l’ion négatif du fluor. La fluoration de l’eau communautaire ajuste le niveau de fluorure existant naturellement dans l’eau potable à 0,7 partie par million. Des études scientifiques réalisées depuis plus de 75 ans montrent que cette simple mesure de santé publique réduit considérablement les caries chez les enfants et offre de nombreux avantages tout au long de la vie.

Depuis les années 1960, de nombreuses villes canadiennes ont bénéficié de la fluoration de leur eau, notamment Toronto, Ottawa, Edmonton, Winnipeg, Hamilton, London, Halifax et Saskatoon. Windsor et Calgary recouraient naguère à la fluoration et l’ont arrêtée — bien que les deux villes aient récemment décidé de la rétablir.

L’Agence de la santé publique du Canada a signalé en 2017 que l’eau courante de seulement 38,7 % des Canadiens était fluorée. Au Québec, en Colombie-Britannique, au Nouveau-Brunswick, à Terre-Neuve et au Yukon, moins de 5 % de la population bénéficiait de cet avantage. En comparaison, les Centers for Disease Control des États-Unis rapportaient en 2018 que 63,4 % de la population américaine bénéficiait d’une eau fluorée.

Des progrès ont été réalisés en Alberta et en Saskatchewan (les villes de Calgary et Régina ont récemment approuvé la fluoration de l’eau), mais ailleurs au pays, les choses ont peu changé en cinq ans, sauf pour une légère hausse en Ontario. L’eau n’est toujours pas fluorée dans plusieurs grandes villes, dont Vancouver, Montréal et Québec, de même que dans bien des communautés de plus petite taille. Comme le montre la figure 1, la fluoration de l’eau demeure à peu près inexistante au Québec, en Colombie-Britannique, au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador.

La fluoration, comme la vaccination

La fluoration de l’eau, comme la vaccination, génère deux types de controverses.

La première tourne autour de l’opposition entre le bien de la communauté et les réticences de certains individus. À ce titre, la Cour d’appel de la Colombie-Britannique a statué en 2004 que lorsqu’une majorité vote en faveur de la fluoration de l’eau, un plaideur individuel ne peut pas demander son arrêt. La Cour suprême du Canada a ensuite refusé d’entendre un appel de cette décision.

Le deuxième enjeu découle des torrents de désinformation qui circulent, y compris dans la littérature revue par les pairs. Ces analyses préjudiciables doivent être contrées par la diffusion continue d’informations fiables provenant de sources crédibles. Le gouvernement fédéral, par l’intermédiaire de l’Agence de la santé publique du Canada, est en position privilégiée pour communiquer des messages persuasifs et cohérents dans toutes les langues parlées à travers le Canada.

Comme l’ont montré les votes à Windsor en 2018 et à Calgary en 2021, lorsque des informations précises et justes sont présentées, la fluoration de l’eau est rapidement acceptée en tant qu’outil précieux de santé publique, en raison de ses nombreux avantages, facilement démontrables.

La fluoration réduit la carie

La fluoration de l’eau réduit la carie dentaire d’environ 25 à 30 % chez les enfants et les adultes. C’est le principal argument. Le fluorure aide à prévenir les caries de manière systémique (avant l’apparition des dents) et topique (sur la surface de la dent). Des études scientifiques à Calgary, Windsor et Juneau en Alaska démontrent clairement que lorsque la fluoration cesse, le taux de carie dentaire chez les enfants augmente considérablement, même avec l’utilisation d’un dentifrice au fluorure.

La fluoration est sans danger

De nombreuses études nationales menées sur le sujet en Australie (2017), en Irlande (2018) et au Canada (2019) n’ont trouvé aucune piste de préoccupation concernant la fluoration de l’eau. Il n’existe qu’un faible risque de décoloration mineure de l’émail, et même si cela se produit, les dents demeureront plus résistantes à la carie. Une étude canadienne qui prétend que la fluoration nuit au cerveau — fréquemment citée par les opposants à la fluoration — a été réfutée sur la base de sa méthodologie et contredite par des études bien mieux conçues et effectuées au sein d’échantillons beaucoup plus importants.

La fluoration est rentable

L’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé a mené une analyse d’impact budgétaire qui a révélé que les économies réalisées en évitant les caries dentaires l’emportent largement sur les coûts de mise en œuvre de la fluoration, le rapport coût-avantage augmentant avec la taille de la population desservie par le réseau d’aqueduc. À Calgary par exemple, le coût de la fluoration est de 1,01 $ par habitant par an (selon les données du recensement de 2021) et les économies sont estimées à 54 $ par habitant par an. Les technologies contemporaines rendent la fluoration facile et abordable même pour les populations rurales et éloignées de seulement 50 personnes.

La fluoration favorise l’équité

La carie dentaire est la maladie chronique la plus courante durant l’enfance. Non traitée, elle empêche les enfants de manger, de dormir, de jouer, de se concentrer et d’apprendre. Les enfants pauvres des régions non fluorées du Royaume-Uni courent 27 fois plus de risques d’être hospitalisés pour des extractions dentaires que ceux des régions fluorées. De même, la carie dentaire touche de manière disproportionnée les personnes âgées, les Autochtones, les nouveaux arrivants et les personnes handicapées.

Notre gouvernement doit effectivement aider les plus vulnérables à payer leurs soins dentaires. Mais il est encore plus important de prévenir la carie dentaire grâce à la fluoration de l’eau, de la même façon que les ceintures de sécurité sont un meilleur investissement que les soins de traumatologie.

Pourtant, il existe un flou dans les responsabilités des administrations publiques : l’approvisionnement en eau est principalement du ressort des autorités municipales, mais les conseillers municipaux ont généralement peu d’expérience ou de connaissances sur la fluoration. Le gouvernement fédéral ne peut quant à lui agir que dans l’approvisionnement en eau des communautés autochtones et des bases des Forces canadiennes, qui tombent dans ses sphères de compétence.

Dans le cadre de son nouveau programme de soins dentaires, le gouvernement canadien doit contribuer à procurer de l’eau fluorée au plus grand nombre de Canadiens possible, par le biais de subventions municipales gérées par les provinces, si nécessaire. Quand les gens sont bien informés, ils appuient de telles propositions. Par conséquent, le gouvernement doit lancer une campagne nationale d’information sur la santé publique pour faire connaître les avantages incontestables de la fluoration de l’eau à tous les Canadiens.

Souhaitez-vous réagir à cet article ? Joignez-vous aux discussions d’Options politiques et soumettez-nous votre texte , ou votre lettre à la rédaction! 
Juliet Guichon
Juliet Guichon est professeure associée de droit et d'éthique à la Cumming School of Medicine de l'Université de Calgary. Elle est aussi la présidente de Calgarians for Kid's Health et de Fluoride Yes! qui ont aidé la ville de Calgary à renouer avec la fluoration de l'eau en 2021. @JulietGuichon
James Dickinson
James Dickinson est professeur de médecine familiale et d'épidémiologie à la Cumming School of Medicine de l'Université de Calgary. Il est membre de Calgarians for Kid's Health et de Fluoride Yes! qui ont aidé la ville de Calgary à renouer avec la fluoration de l'eau en 2021.
Ian Mitchell
Ian Mitchell est professeur clinique de pédiatrie à la Cumming School of Medicine de l'Université de Calgary. Il a reçu des prix pour l'ensemble de sa carrière en pédiatrie et en bioéthique. Il est membre de Calgarians for Kid's Health et de Fluoride Yes! qui ont aidé la ville de Calgary à renouer avec la fluoration de l'eau en 2021.

Vous pouvez reproduire cet article d’Options politiques en ligne ou dans un périodique imprimé, sous licence Creative Commons Attribution.

Creative Commons License

Recherches et événements connexes de l’IRPP

Les prestations en espèces pourraient combler d’importantes lacunes du système des soins de longue durée

par Colleen M. Flood, Deirdre DeJean, Lorraine Frisina Doetter, Amélie Quesnel-Vallée et Erik Schut avril 7, 2021

L’aide médicale à mourir : le cas des personnes dont la maladie mentale est la seule condition médicale invoquée

par The Halifax Group février 21, 2020

Recherches connexes du Centre d’excellence

Federalism as a Strength: A Path Toward Ending the Crisis in Long-Term Care

par Carolyn Hughes Tuohy mars 10, 2021

Universal Pharmacare and Federalism

par Colleen M. Flood, Bryan Thomas, Asad Ali Moten and Patrick Fafard septembre 12, 2018