Il y a plusieurs raisons qui justifient une contribution généreuse du gouvernement fédéral au 400 anniversaire de Québec. La principale, selon moi, est le fait que l’anniversaire de Québec est un anniversaire qui con- cerne tous les Canadiens. La fondation de Québec, c’est aussi la naissance de l’État qui est devenu le Canada.

Nous ne devons jamais oublier que le Canada a été fondé à Québec, par des francophones. Voilà pourquoi je dis que le Québec est le cœur du Canada, et que la langue française est un élément indéniable de l’identité de tous les Canadiens, mé‚me si certains d’entre nous ne le parlons pas aussi bien que nous le devrions. (…)

Québec, c’est aussi le berceau poli- tique du Canada. Et c’est normal que ce soit ici que commence le grand changement qui est nécessaire pour rétablir l’intégrité au gouvernement et le respect du véritable esprit de la fédération canadienne. Les citoyens de Québec ont souvent donné le signal du changement, du renouveau. Le 23 jan- vier, Québec pourra é‚tre à l’avant- garde d’un vrai changement.

Changeons pour vrai » est le nom de notre plate-forme et c’est ce « que nous allons faire. Un gouverne- ment conservateur va mettre fin aux scandales libéraux, des scandales qui ont sali la réputation du fédéralisme au Québec et permis à des profiteurs de s’enrichir aux dépens des con- tribuables.

C’est, nous le savons tous, le vérita- ble contexte de ces élections. Je n’ai pas à le rappeler aux Québécois, mais tous les Canadiens doivent comprendre que quand Paul Martin parle d’une cam- pagne référendaire, d’une lutte contre les Américains, de mon attaque contre la question du mariage, ou de son amour soudain pour le drapeau cana- dien, il ne cherche qu’à faire oublier les scandales. (…)

C’est pour cela que ma première priorité comme premier ministre sera d’adopter une loi sur l’imputabilité fédérale. C’est la seule façon de faire le vrai ménage. Je vais faire toutes les réformes nécessaires pour établir la mé‚me confiance politique à Ottawa qui existe depuis longtemps à Québec.

Nous allons revoir et resserrer toutes les procédures d’octroi de contrats et d’utilisation des fonds publics. Nous allons donner une plus grande indépen- dance au commissaire à l’éthique et au directeur des lobbyistes, et plus de pou- voirs à la vérificatrice générale et au commissaire à l’information. Nous allons mettre fin à la culture du « tout m’est dû ». Nous allons empé‚cher les anciens ministres, leur personnel, et les hauts fonctionnaires de devenir lob- byistes pendant cinq ans. Nous allons établir un bureau indépendant et objec- tif des prévisions budgétaires. Nous allons nous assurer que toutes les insti- tutions gouvernementales dotées de budgets importants " y compris les fon- dations " soient soumises à une vérifi- cation complète de la vérificatrice générale. Et nous allons réformer le mode de financement des partis poli- tiques fédéraux selon le modèle instauré par René Lévesque au Québec.

Faire le ménage à Ottawa n’est que le premier élément de nos réformes visant à rétablir le fédéralisme dans cette province. Nous savons tous que les libéraux fédéraux seront sévèrement punis par les Québécois le 23 janvier. Ils seront punis pour un scandale qui a révélé la culture du « tout m’est dû » et de corruption qui mine leur parti, et leur attitude arrogante et condescen- dante envers les contribuables cana- diens, en particulier les Québécois. Bien que nous sachions que cela béné- ficie au Bloc, les conservateurs ne pensent pas que l’unité nationale et le fédéralisme devraient é‚tre punis en rai- son des agissements d’un seul parti. Un gouvernement conservateur offrira une toute nouvelle approche, complète- ment différente de celle des libéraux fédéraux et du Bloc québécois.

Au lieu de la vieille attitude pater- naliste et arrogante pratiquée par les libéraux fédéraux et de l’obstruction aveugle et stérile du Bloc québécois, un gouvernement conservateur pratiquera un nouveau fédéralisme d’ouverture. Nous reconnaîtrons l’autonomie des provinces et les responsabilités cul- turelles et institutionnelles spéciales du gouvernement du Québec. Nous respecterons les compétences fédérales et provinciales telles que définies dans la Constitution canadienne. Et nous éla- borerons des mécanismes qui donneront aux provinces un plus grand rôle dans leurs propres champs de compétence sur des questions internationales. Je sais, par exemple, que le gouvernement Charest aimerait un plus grand rôle pour le Québec en ce qui concerne ces compé- tences à l’UNESCO. Selon le modèle du Sommet de la francophonie, un nouveau gouvernement conservateur va inviter le Québec à participer à l’UNESCO !

Nous travaillerons à éliminer le déséquilibre fiscal entre Ottawa et les provinces. Les libéraux ne le veulent pas, les bloquistes ne le peuvent pas, seuls les conservateurs vont le régler. Nous allons encadrer le pouvoir fédéral de dépenser, dont ont tellement abusé les libéraux fédéraux. Ce pouvoir de dépenser exor- bitant a donné naissance à un fédéra- lisme dominateur, un fédéralisme paternaliste, qui est une menace sérieuse pour l’avenir de notre fédération.

Le déséquilibre fiscal n’est pas seulement un problème budgétaire, une question de gros sous. C’est le fonction- nement et l’esprit mé‚me de la fédéra- tion canadienne qui est en cause. Nous allons collaborer avec le Conseil de la fédération pour améliorer le fonctionnement de notre régime fédéral et adopter une Charte du fédéralisme d’ouverture pour concrétiser notre engagement envers une fédération plus effi- cace et mieux équilibrée. Et nous maintiendrons une attitude d’ouverture envers des discussions générales visant à renforcer la fédération canadienne et intégrer le Québec dans la famille con- stitutionnelle quand les circonstances y seront favorables. (…)

Un gouvernement conservateur respectera également un ensem- ble de priorités économiques et sociales. Nous voulons faire en sorte que les gros surplus à Ottawa profitent aux travailleurs et à leurs familles, pas aux amis du gouvernement.

Un gouvernement conservateur tournera la page et remettra plus d’ar- gent dans les poches de ceux et celles qui l’ont gagné. Nous réduirons sensi- blement le fardeau fiscal de tous les Québécois et Québécoises. Nous allons réduire la TPS de 7 à 6, puis à 5 p. 100.

Un nouveau gouvernement con- servateur va aider les étudiants postsecondaires avec les coûts en matière d’éducation. Nous aiderons les étudiants universitaires avec l’achat de leurs livres ainsi que les apprentis et les gens de métier avec le coût de leurs outils.

Nous adopterons, avec les provinces, une stratégie de développe- ment régional et agricole fondée sur l’innovation, le développement de nou- veaux marchés et la gestion des appro- visionnements. En consultation avec les provinces, nous allons fournir aux municipalités, grandes et petites, des sources de revenus prévisibles et adéquates pour les aider à financer le renouvellement des infrastructures, la construction de logements abordables, la protection de l’environnement et nous allons aider directement chacun et chacune qui utilisent le transport en commun.

Nous allons assurer un accès plus rapide à des soins de santé de qualité, par un financement à long terme, sta- ble et prévisible, et collaborer avec le gouvernement du Québec pour garan- tir que les patients reçoivent les soins essentiels dans des délais d’attente cliniquement acceptables.

Nous allons aussi accorder le financement et les moyens juridiques nécessaires à la lutte contre le crime organisé et les gangs de rue, et à la protection de nos communautés et de nos familles. Nous encouragerons finan- cièrement les parents de jeunes parti- cipant à des activités sportives. Nous allons fournir une aide financière directe aux parents pour la garde de leurs enfants et protéger les acquis durement gagnés des aînés québécois.

Je crois au Canada mais, plus important encore, je crois aux Canadiens et aux Canadiennes. Je sais que vous savez gérer votre pro- pre argent. Je sais que vous savez prendre les meilleures décisions pour votre famille.

Et je veux offrir un régime politique plus démocratique, où tout le monde " et non pas seulement les privilégiés " prend des décisions.

Au cours de cette élection, le Parti conservateur est le seul qui a proposé des mesures concrètes, réalistes, pour rétablir l’intégrité et l’imputabilité politique à Ottawa, pour réformer le fédéralisme et pour aider les con- tribuables. Nous sommes le seul parti qui propose une voie qui respecte notre passé et qui va nous permettre de réussir l’avenir.

Mais, j’ai besoin de vous tous. J’ai besoin d’avoir à côté de moi, au sein de mon cabinet, des hommes et des femmes pleins d’énergie, d’intégrité et de détermination ; des gens qui s’ins- pirent de Champlain ; qui veulent défendre les intéré‚ts de cette belle région et participer afin de bâtir un Québec plus fort au sein d’un Canada meilleur. Ensemble, nous pouvons faire un vrai changement pour Québec, pour le Québec et pour le Canada !