Le dimanche 13 mai, Pauline Marois annonçait officiellement sa décision de solliciter la direction du Parti québécois. Trois jours plus toÌ‚t, Tony Blair avait laissé savoir qu’il quitterait son poste aÌ€ la fin juin, apré€s dix années aÌ€ la té‚te d’un gouvernement travailliste. Le dimanche précédent, Ségolé€ne Royal avait échoué aÌ€ ramener le Parti socialiste français au pouvoir, mé‚me si elle avait fait bonne figure et accumulé un réel capital de sympathie pendant la campagne.

Comment ne pas relier ces trois événements, qui concernent tous le sort de la social-démocratie contemporaine. Pauline Marois a d’ailleurs tissé ces liens elle-mé‚me, en évoquant tant Tony Blair que Ségolé€ne Royal dans les différentes entrevues qu’elle a accordées apré€s avoir annoncé son retour.

Pour dire les choses simplement, Tony a réussi et Ségolé€ne a échoué. Pourquoi? Et quelles leçons Pauline peut-elle en tirer?

La premié€re différence, et la plus évidente, c’est que Blair a pris le controÌ‚le de son parti bien avant les élections de 1997, alors que Royal n’a pas pu le faire.

Pour Blair, la clé a été la modification en 1995 de la clause 4 de la charte du Parti travailliste, clause qui datait de 1918 et engageait le parti aÌ€ promouvoir la « propriété collective des moyens de production, de distribution et d’échange ». En pratique, cette clause n’avait gué€re d’incidence puisque, comme tous les partis sociaux- démocrates d’Europe, le Labour s’était depuis longtemps réconcilié avec le capitalisme. Symboliquement, cepen- dant, cette orientation pesait lourd. Défendre la clause 4, disait par exemple Arthur Scargill, alors président du syn- dicat national des mineurs, c’est « se battre pour l’aÌ‚me mé‚me de notre parti ». En faisant reconnaiÌ‚tre explicite- ment par ses militants l’importance du « marché » et des « rigueurs de la com- pétition », Blair s’assurait le leadership véritable de son parti.

Ségolé€ne Royal, en revanche, a hérité d’un programme adopté avant sa nomination comme candidate socialiste aÌ€ la présidence. Ce programme reflétait surtout les compromis acceptés par les différentes factions d’un parti divisé. Les relations de Royal avec les té‚tes d’affiche du parti ”” les « éléphants » ”” sont par ailleurs demeurées difficiles, mé‚me pen- dant la campagne électorale.

L’obligation de tenir un référendum aÌ€ courte échéance, c’était un peu la clause 4 du Parti québécois. Pour Pauline Marois, c’est maintenant une affaire pratiquement classée. Quant aux « éléphants » du PQ, apré€s la dure défaite de ce printemps, ils semblent tous pré‚ts aÌ€ se rallier.

Mais le succé€s de Blair n’était-il pas également attribuable aÌ€ son déplacement vers la droite? Sans doute, mais laÌ€ n’est pas l’essentiel. Apré€s 18 années dans l’op- position, le problé€me du Labour n’était pas tant d’é‚tre trop aÌ€ gauche que d’é‚tre loin du pouvoir, et perçu comme incom- pétent pour gérer l’héritage de presque deux décennies de thatchérisme. En renouvelant et en recentrant son parti, Blair a réussi aÌ€ contrer cette perception, alors mé‚me que les électeurs trouvaient le gouvernement conservateur de John Major désorganisé et trop aÌ€ droite.

The FunctionaryThese are challenging times for public servants.

Get news and insights into the workings of the public service from veteran journalist Kathryn May. Delivered to your inbox.

Le Parti québécois n’a pas aÌ€ faire ce chemin. C’est un parti qui a l’habitude du pouvoir, et qui accepte déjaÌ€ le marché, le libre-échange et les impéra- tifs de la compétitivité. Ce qui importe, c’est de ne pas se crisper sur des dogmes, comme en ce qui concerne les tarifs d’électricité par exemple.

Mais il ne s’agit pas non plus d’in- nover pour innover. Les méca- nismes participatifs évoqués par Ségolé€ne Royal étaient au gouÌ‚t du jour et pou- vaient apparaiÌ‚tre sympathiques, mais ils ne répondaient pas au défi principal d’une société aux prises avec un niveau élevé de choÌ‚mage, notamment chez les jeunes, les minorités et les femmes. Quant au « contrat premié€re chance » pour les jeunes sans qualification, il était en droite ligne avec des approches déjaÌ€ essayées et peu concluantes, en plus d’é‚tre manifestement improvisé.

En modifiant le vocabulaire de son parti et en ouvrant la porte au change- ment, Blair a renoué avec la tradition social-démocrate européenne, qui a toujours cherché aÌ€ concilier la crois- sance économique et la justice sociale. Quand il est arrivé au pouvoir en 1997, il lui fallait conjuguer cette orientation générale avec l’héritage de deux décen- nies de conservatisme, ce qui impli- quait une plus grande ouverture face au jeu du marché.

Dix ans plus tard, la situation a changé. En témoignent les réflexions d’Anthony Giddens, le sociologue lon- donien qui a été le maiÌ‚tre aÌ€ penser de Blair. Dans les années 1990, le pé€re de la « troisié€me voie » insistait beaucoup sur l’importance pour la gauche de se récon- cilier avec le capitalisme. Aujourd’hui, Giddens s’inquié€te plutoÌ‚t de la montée des inégalités, et il favorise des politiques plus ouvertement égalitaristes.

Au Québec, de toute façon, le ter- rain aÌ€ droite est déjaÌ€ occupé. Pour les souverainistes, d’ailleurs, il serait illu- soire de trop insister sur l’individua- lisme et sur le privé, puisque la réalisation de la souveraineté demande un élan qui ne peut é‚tre que collectif.

Si elle souhaite s’inspirer de Tony et de Ségolé€ne, Pauline n’a pas aÌ€ aller aÌ€ droite. Elle doit surtout retenir l’au- dace et la capacité de changer dans une perspective social-démocrate, en plus, bien suÌ‚r, d’assurer l’unité et la cohésion de son parti.

You are welcome to republish this Policy Options article online or in print periodicals, under a Creative Commons/No Derivatives licence.

Creative Commons License