Le déferlement triomphant du néolibéralisme ces dernié€res années, qui ne me réjouit pas, s’explique bien suÌ‚r par des événements planétaires comme l’effondrement du communisme, mais aussi par un travail appro- fondi et systématique de rénova- tion de ses fondements philosophiques autant que de ses aspects pragmatiques. C’est aÌ€ une « refondation » de la mé‚me envergure que doivent s’atteler les sociaux-démocrates.

Ainsi s’exprimait Joseph Facal, ancien ministre péquiste, dans une lettre ouverte parue dans La Presse du 17 septembre 2003, quelque cinq mois apré€s la défaite de son ancien parti aux élections québé- coises. Or, le plus récent ouvrage d’Henry Milner, intitulé La compétence civique : Comment les citoyens informés contribuent au bon fonctionnement de la démocratie, s’inscrit dans cette optique, tablant aÌ€ la fois sur de nouveaux con- cepts théoriques et sur l’expérience internationale la plus positive en ter- mes de social-démocratie, soit celle des pays scandinaves.

Président de la Société québécoise de science politique, professeur au Collé€ge Vanier et professeur associé aÌ€ l’Université Laval, Milner présente un nouveau concept, celui de compétence civique, autour duquel il développe un cadre analytique comprenant aÌ€ la fois les composantes mesurables et compa- rables des compétences civiques, ainsi que leurs divers liens et implications politiques et économiques.

L’auteur présente la compétence civique comme étant les habiletés et con- naissances requises en vue d’effectuer des choix politiques éclairés. Par définition, ce cadre conceptuel englobe deux grandes composantes : la capacité de réaliser ces choix (compétence) et la volonté de le faire (civique). Il soutient que le rehausse- ment des compétences civiques d’une société doit devenir un objectif central, puisqu’elles contribuent aÌ€ élaborer des orientations politiques tenant compte des intéré‚ts de tous les citoyens et, ce faisant, assurent une plus grande égalité dans la répartition de la richesse collective.

L’exposé de Milner comprend qua- tre grands volets. Premié€rement, il présente les concepts de capital social et d’engagement civique. En particulier, les lacunes de ces deux concepts, notamment au niveau de l’utilité du premier en tant que déterminant du second, ont poussé l’auteur aÌ€ explorer une notion plus complé€te et applicable, en l’occurrence la compétence civique.

Le capital social avait été défini par Robert Putnam comme un bien public, dont le développement serait lié aÌ€ une dynamique de renforcement mutuel de la participation associative et du développement de la confiance envers autrui. AÌ€ ce sujet, l’auteur relé€ve avec justesse les lacunes méthodologiques liées aÌ€ la comparaison entre différents pays de ces deux indicateurs. Ensuite, l’engagement civique est introduit et représenté par la participation des citoyens aux élections locales. Partant de cette affirmation, il constate l’ab- sence de corrélation entre l’engagement civique, la participation associative et la confiance. Donc, une autre piste que le capital social est requise pour isoler les sources de l’engagement civique. Cette interrogation mé€ne aÌ€ la relation entre connaissances politiques et participa- tion électorale. AÌ€ ce sujet, l’auteur abor- de la perspective de l’électeur, en particulier la contribution positive des variables démographiques et des con- naissances politiques aÌ€ la participation.

Dans cette premié€re partie, Milner démontre bien la pertinence de la notion de compétence civique, qui est aÌ€ la fois plus large et, surtout, davantage utilisable que celle de capital social. L’analyse des indicateurs traditionnels que sont la participation associative et la confiance est particulié€rement intéres- sante, tout comme son exposé sur les connaissances politiques. Un point, plus technique : je demeure sceptique quant au choix de la participation aux élec- tions locales comme indicateur consacré de l’engagement civique. Peut-é‚tre aurait-il fallu explorer d’autres pistes, par exemple un indice synthétique regroupant les données de par- ticipation aÌ€ la fois aux élections nationales, régionales et locales, si elles s’avé€rent disponibles.

La deuxié€me partie définit plus formellement les compé- tences civiques et identifie les facteurs déterminants des dif- férences entre les niveaux observés de ces compétences aÌ€ l’échelle internationale.

Pour ce faire, Milner traite d’abord des défis liés aÌ€ l’éta- blissement des liens entre « com- pétences » et l’engagement civique, retenant finalement l’analphabétisme fonctionnel et la connaissance des Nations unies comme principaux indicateurs de ce lien. Ensuite, l’analyse de la relation entre institutions politiques et engagement civique illustre l’influence marquée de la représentation proportionnelle sur la participation politique. De leur coÌ‚té, les institutions politiques « consensuelles » issues de ces mé‚mes contextes favorisent aussi la participation élec- torale, leur représentativité étant aussi bien « horizontale » en proportionna- lité que « verticale » dans la cohérence entre les divers paliers de gouverne- ment. Concernant l’influence des médias sur les compétences civiques, on apprend que la participation poli- tique locale décroiÌ‚t avec la hausse des heures d’écoute télévisuelle. L’auteur crée une « échelle de dépendance télévisuelle » qui, lorsque jumelée aÌ€ la participation aux élections locales, devient la mesure définitive des com- pétences civiques d’un pays.

Cette seconde partie est parti- culié€rement bien développée. En effet, on se trouve au cœur du sujet, de ses composantes internes et de ses ramifi- cations. La portée conceptuelle des compétences civiques, qui couvre aussi bien l’individu que les entités poli- tiques le représentant, est certaine- ment un des attraits principaux de la vision de Milner. Mais j’aurais aimé que l’auteur présente sa lecture du positionnement de la compétence civique relativement aÌ€ l’ensemble des autres compétences d’une vie person- nelle, économique et sociale épanouie, dans des domaines tels que les sciences pures et humaines, les langues, la cul- ture et les arts, etc.

Par ailleurs, une des avenues de recherche éventuelle serait d’explorer la compétence civique des entreprises. En effet, bien qu’elles ne votent pas, la voix des entreprises en tant qu’acteur économique et politique est fonda- mentale, ce qui les pousse aÌ€ développer plusieurs créneaux d’information, d’ex- pression et d’action politiques : asso- ciations, prises de position publiques, participation aÌ€ des groupes de travail, lobbying, etc.

The FunctionaryThese are challenging times for public servants.

Get news and insights into the workings of the public service from veteran journalist Kathryn May. Delivered to your inbox.

La troisié€me partie s’attarde aux choix politiques ayant un impact favorable sur les compétences civiques d’une nation.

Les mesures spécifiques aux médias et influençant positivement les compé- tences civiques sont recensées, dont les subventions aux journaux, le sous- titrage télévisé et les restrictions aÌ€ la télévision commerciale. Du coÌ‚té des institutions politiques, les ré€gles européennes sur la diffusion de l’infor- mation politique ont un impact notable sur le partage du temps d’antenne des partis et favorisent la production d’infor- mation écrite. Ces modalités se démarquent clairement des pratiques américaines, ouÌ€ l’argent mé€ne l’allocation du temps d’antenne.

Milner décrit l’importance de l’apprentissage apré€s les études formelles en vue de développer la compétence civique, entre autres via les cer- cles d’étude ”” qui rassem- blaient en Sué€de 2,8 millions de participants en 1997. Quant aÌ€ l’éducation civique dans le cadre des études formelles, il estime que l’acquisition des habilités en lecture est probablement plus importante pour la compétence civique que les cours d’éduca- tion politique. Deux études de cas accompagnent ses propos, soit l’éducation des adultes d’Umea en Sué€de (2e sur 15 pays sur l’échelle des compétences civiques) et la Nouvelle-Zélande, dont les réformes économiques ont eu des effets néfastes sur la compétence civique (11e sur 15).

Dans la quatrié€me partie du livre, Milner évalue l’impact socio- économique des compétences civiques selon l’optique de l’égalité dans la répar- tition des revenus. En ce sens, sa prémisse est que, aÌ€ long terme, les compétences civiques donnent lieu aÌ€ des conditions économiques relativement égalitaires, qu’il désigne comme une « société fondée sur le bien-é‚tre durable » (SBD). Sur cette base, il examine les liens entre l’inégalité des revenus et une série d’indi- cateurs économiques et sociaux, en plus de présenter un modé€le de « bien-é‚tre » combinant performance économique et redistribution. Apré€s un court chapitre présentant les hauts et les bas du modé€le social-démocrate suédois, l’auteur revient sur la redistribution des revenus, forte- ment corrélée avec les compétences civiques, aÌ€ l’instar des dépenses sociales et de la coopération économique. Il en conclut que l’union de l’égalité sociale et de l’efficience économique dans les SBD doit é‚tre maintenue laÌ€ ouÌ€ elles se trouvent et favorisée ailleurs et ce, via les diverses politiques déjaÌ€ identifiées précédemment.

Dans le dernier chapitre consacré au Canada et au Québec, Milner si- gnale une « égalité relative des revenus, nettement plus forte au Canada que ne le prédirait le niveau des compétences civiques… ». Il poursuit en signalant les aires de faiblesse aÌ€ cet égard, aussi bien en matié€re de connaissances politiques et d’habilités de lecture que de participa- tion, concluant que plusieurs mesures seraient bénéfiques pour les renforcer, dont la subvention de journaux aÌ€ faible tirage, le renforcement de la télévision publique et le sous-titrage télévisé.

Bien que l’articulation de cette quatrié€me partie s’enchaiÌ‚ne et con- corde avec la ligne argumentaire des trois premié€res tranches, j’ai une vision bien différente des prémisses et conclu- sions qui y sont présentées. D’abord, on ne peut établir l’égalité économique comme objectif prioritaire de rende- ment social, au détriment des résultats plus fondamentaux que sont le niveau de vie, l’emploi et la santé des finances publiques. Ensuite, il est faux de dire que, en soi, l’inégalité des revenus (une fois redistribués) est un dénouement indésirable. Bien que « trop » d’inéga- lité puisse engendrer des conséquences sociales néfastes, « pas assez » d’inéga- lité comporte également son lot de désavantages, notamment la perte de motivation aÌ€ entreprendre les efforts nécessaires aÌ€ l’innovation et au développement économique, faute de contrepartie suffisante. Le problé€me de l’inégalité réside bien davantage dans l’absence de ressources pour les plus démunis que dans leur éloignement économique vis-aÌ€-vis les mieux nantis.

Les récents progré€s de la science économique nous enseignent que l’iné- galité des revenus n’est pas simplement un résultat mais, plus fondamentale- ment, un déterminant du rendement social, aÌ€ travers son impact sur l’alloca- tion des ressources et le rendement du capital humain, matériel et intellectuel de la société. Cela étant, malgré la qua- lité du lien statistique présenté par Milner, il demeure risqué d’affirmer, aÌ€ partir d’une estimation portant sur quinze pays et une seule année, que la compétence civique permet de « prédire » l’égalité des revenus. En fait, ce lien apparaiÌ‚t plutoÌ‚t comme une con- séquence naturelle de la construction de l’indicateur, qui inté€gre aÌ€ la fois le niveau d’information et la qualité de l’éducation de la population.

Pour avoir une idée claire de l’im- pact économique des compétences civiques, il aurait fallu poser un diagnos- tic de la santé générale de ces économies en fonction essentiellement de la pro- duction, de l’emploi, de l’investissement et des finances publiques. Par la suite, les liens entre compétence civique et rende- ment économique auraient pu é‚tre décortiqués aÌ€ la pié€ce et sur une base informationnelle plus robuste.

Empruntant un style de rédaction et une facture se situant aÌ€ mi-chemin entre l’article scientifique et le manuel de cours, Milner développe son argu- mentaire pas aÌ€ pas, explorant chaque indicateur et concept méthodiquement, développant rigoureusement les faits et cas pertinents aÌ€ l’analyse. Laissant transparaiÌ‚tre son expérience professorale, les notes de bas de page parsé€ment le texte du début aÌ€ la fin, comme pour couvrir chaque interrogation supplé- mentaire de son lectorat. Cette consi- dération approfondie pour les intéré‚ts de tous (aÌ€ l’instar des sociétés qu’il met en valeur) permet de faciliter la continuité du propos principal, tout en donnant amplement de pistes supplémentaires aux lecteurs désirant creuser davantage certaines idées.

Cette minutie n’est toutefois pas uniforme dans les portions plus quan- titatives de l’ouvrage. Les adeptes de précisions statistiques ”” dont je suis ”” resteront sur leur appétit concer- nant la spécification et les résultats des régressions présentées dans l’ouvrage. Par exemple, il est surprenant de voir l’auteur présenter aussi vaguement son échelle de dépendance télévisuelle, pourtant centrale aÌ€ la mesure des com- pétences civiques. AÌ€ prime abord, on croit comprendre qu’il s’agit de la somme de deux indicateurs (écoute télévisuelle et circulation de quoti- diens) alors que, quelques pages plus loin, le niveau de cet indicateur est inversé (les États-Unis passent de pre- miers aÌ€ derniers), ce qui le rend plus logiquement lié avec la définition de compétence civique. Vers la fin du livre, le score est de nouveau inversé dans les graphiques, ce qui ajoute aÌ€ la confusion de ce sujet. Par ailleurs, afin de mieux baliser la progression de l’ar- gumentaire et des principaux constats, il aurait été souhaitable d’insérer des boiÌ‚tes ou intertitres pour marquer clairement l’établissement de certaines définitions ou propositions centrales.

You are welcome to republish this Policy Options article online or in print periodicals, under a Creative Commons/No Derivatives licence.

Creative Commons License