L’été est censé être la saison pendant laquelle nous nous reposons avec des histoires de détectives, de fantômes et de familles dysfonctionnelles.

Mes amis n’ont pas mâché leurs mots lorsque, en vacances dans le Maine, j’ai emporté à la plage The Trial of Socrates d’I. F. Stone. Ce classique est une approche philosophique des événements de 399 av. J.-C., quand le conflit entre Socrate et les démocrates athéniens a entraîné le procès et la mise à mort du philosophe. Comme tant d’autres, Stone, un journaliste d’investigation de Washington, a été fasciné par ces événements, au point d’apprendre le grec classique tard dans sa vie pour pouvoir lire les textes originaux. Il voulait comprendre comment une société antique qui vénérait la liberté de parole avait pu s’adonner au « spectacle traumatique » de l’exécution d’un philosophe.

Mais de là à en faire une lecture de plage ? L’été est censé être la saison pendant laquelle nous nous reposons avec des histoires de détectives, de fantômes et de familles dysfonctionnelles. Nous passons nos journées de travail à éplucher des rapports et à naviguer sur des sites de nouvelles censés nous informer en permanence des actualités. La différence entre ces habitudes quotidiennes et les lectures estivales est presque devenue un phénomène culturel, comme si, en lisant pour le plaisir, on s’éloigne délibérément de la routine, à la façon dont on tourne le dos au gymnase pendant les vacances de Noël.

Celui qui a lu I. F. Stone en édition cartonnée sur le sable n’est pas d’accord. Nous devrions lire des romans toute l’année et, dans le même ordre d’idées, rien ne devrait nous empêcher de télécharger un ouvrage sérieux dans notre iPad pour le lire à la plage. C’est pour cette raison que notre numéro d’été propose des extraits de nouveaux livres qui méritent l’attention de ceux que les politiques publiques intéressent. Ces ouvrages abordent un éventail de thèmes, comme le potentiel des nouvelles technologies, l’incapacité des gouvernements occidentaux de résoudre nos problèmes importants, ou l’enlisement de nos actions au Soudan. Ce sont des lectures dignes de réflexion.

Avec la mise en service de notre nouveau site Web, toujours à l’adresse irpp.org, Options politiques passe à une fréquence de publication bimestrielle, mais sera plus présente en ligne. Ce changement reflète le nouveau paysage médiatique, les lecteurs s’attendant à nous trouver dans l’espace numérique quand bon leur semble. La revue continuera d’innover et de s’améliorer, sous forme imprimée et en ligne, à la recherche d’idées intéressantes et de nouvelles voix pour aborder les défis des politiques publiques de notre temps.

Photo: Maglara / Shutterstock