La tarification du carbone est le moyen le plus rentable et le plus efficace de réduire les émissions de gaz à effet de serre, affirment les économistes, mais son application au Canada a suivi des voies imprévues. Adoptée par le Québec et la Colombie-Britannique, elle a été partiellement mise en œuvre au Nouveau-Brunswick, puis rejetée sans ménagement par l’Alberta et l’Ontario. Les articles de ce dossier examinent l’évolution de la tarification du carbone dans plusieurs provinces tout en faisant le point sur la situation actuelle, consécutive à l’effondrement du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques dévoilé fin 2016.

Ce dossier nous a été inspiré par l’événement Featured Talk — Climate Change Mitigation organisé par Kathryn Harrison, professeure à l’Université de la Colombie-Britannique, dans le cadre du Congrès des sciences humaines 2019.

Photo : Un mécanicien répare une voiture au centre d’entretien d’un concessionnaire de Toronto, le 1er avril 2019. La Presse canadienne / Christopher Katsarov.