Les Canadiens sont plus nombreux à souhaiter qu’Ottawa souligne des avancées historiques comme la Charte des droits et libertés, le régime d’assurance-maladie et le droit de vote des femmes plutôt que le bicentenaire de la guerre de 1812, révèle un sondage Nanos Research repris dans le numéro de février d’Options politiques.

Le gouvernement conservateur a mené en 2012 une campagne médiatique visant à susciter la fierté nationale autour de la guerre de 1812 entre les États-Unis et l’Empire britannique, qui s’est en partie déroulée à la frontière canado-américaine. Selon le sondage, 38 p. 100 des Canadiens s’estiment plus ou légèrement plus patriotes au lendemain de cette campagne, contre 45 p. 100 qui disent qu’elle n’a eu aucun effet sur leur fibre patriotique.

Seulement 20 p. 100 s’opposaient plus ou moins franchement à ces célébrations de la guerre de 1812, une proportion qui bondit toutefois à 31 p. 100 au Québec.

Mais bien que 61 p. 100 des Canadiens apportent un certain appui à cette campagne, 79 p. 100 affirment que le gouvernement aurait dû souligner les 30 ans de la Charte canadienne des droits et libertés, un anniversaire qu’il a occulté l’an dernier. Et 76 p. 100 estiment qu’Ottawa devrait commémorer la loi de 1918 accordant le droit de vote aux Canadiennes hors du Québec, tandis que plus de 62 p. 100 voudraient que le gouvernement souligne la création en 1966 du régime d’assurance-maladie.

« Les Canadiens sont fiers de leur histoire et soutiennent leur gouvernement lorsqu’il fait valoir les grandes réalisations nationales, observe Nik Nanos, de Nanos Research. Mais notre histoire sociale et politique suscite chez eux plus de fierté que les conflits antérieurs à la Confédération, même sans campagne orchestrée par l’État pour stimuler leur intérêt. »

Pour ce qui est des exploits sportifs, seulement 45 p. 100 des Canadiens jugent qu’Ottawa devrait organiser des célé- brations soulignant la mémorable victoire du Canada contre l’Union soviétique lors de la série de hockey en 1972, même si elle est demeurée une immense source de joie et de fierté.


Pour plus d’information, voir  « Harper’s history », par Scott Staring.