Tous les gouvernements promettent de créer des emplois et leur bilan à ce chapitre est constamment évoqué en campagne électorale, dans les périodes de questions ou les grands discours politiques. Mais pour relever les défis actuels, il ne suffit plus de réduire le taux d’imposition des sociétés, d’augmenter les incitations à l’embauche ou de freiner la sous-traitance internationale. Les choses sont devenues beaucoup plus complexes. Des millions d’emplois sont menacés par des avancées technologiques qui déplaceront des travailleurs et précariseront les postes existants. D’autant plus que les entreprises de l’économie du savoir ont besoin d’effectifs moins nombreux et d’employés qui perfectionnent sans cesse leurs compétences. Selon la lettre de mandat de la ministre fédérale de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, Patricia Hajdu, le gouvernement devra « tenir compte des nouveaux modes de travail des gens et travailler en vue d’accroître la participation des femmes et des groupes sous-représentés au sein de la main-d’œuvre ». Comment le Canada doit-il négocier ce tournant décisif, qui risque d’accentuer les inégalités de revenu ? Nos collaborateurs abordent les différents aspects de cet enjeu politique de première importance.

Photo : Shutterstock.com