Le gouvernement numérique (ou électronique) n’est plus qu’un simple projet visant à canaliser les technologies numériques et l’analyse de mégadonnées pour améliorer la prestation des services et « créer de la valeur ajoutée pour la société ». Il est désormais la priorité de nombreux pays, à tel point que l’ONU a mené une enquête comparative pour y mesurer la progression des technologies et des innovations. Le Canada arrive au 23e rang du classement. Le gouvernement numérique suscite de nombreux espoirs : accroître l’efficacité et perfectionner l’usage des données pour un éventail de programmes et services (grâce aussi à l’intelligence artificielle), mais aussi améliorer l’interaction entre États et citoyens.

Aucun pays ne pourra toutefois en assurer l’efficacité sans revoir ses politiques et pratiques. Dans ce dossier, nos collaborateurs examinent les défis de l’expansion du gouvernement numérique et la nécessité qu’il impose aux États de tout repenser, de leurs structures de gouvernance à leurs pratiques d’approvisionnement en passant par le recrutement de leur fonction publique. Ils exhortent aussi les décideurs à participer activement à façonner un gouvernement numérique respectueux des principes éthiques et des valeurs fondamentales de l’État.

Photo : Shutterstock / Aleksandar Malivuk